38.9 F
New York
Sunday, December 5, 2021

Comment cette ingénieure fusionne mode & technologie

En grandissant, Louise Katzovitz n’avait guère envie de suivre les tendances de la mode. Elle était plutôt attirée par les vêtements décalés qui ne ressemblaient en rien à ceux qu’elle voyait sur ses camarades. Elle se souvient de la première fois où elle s’est rendu compte de son affinité pour les pièces qui se démarquent : au début des années 2000, elle a choisi de porter une robe à jupe boule de Betsey Johnson, qui la faisait “ressembler à un cupcake”, pour le bal de fin d’année. Le style personnel de Katzovitz a évolué depuis – elle préfère désormais porter des pièces minimales et des robes girly occasionnelles – mais son affinité pour la mode d’avant-garde demeure.

Si Katzovitz présente aujourd’hui ses créations à des milliers de followers sur TikTok, Instagram et YouTube, elle ne s’est jamais imaginée en tant que “designer”. Enfant, Katzovitz déclare qu’elle excellait dans des matières comme les mathématiques et la géométrie ; à l’université, elle a étudié le génie mécanique. Mais son amour pour la mode d’avant-garde est resté en elle. Ainsi, tout en étudiant à l’université Northeastern, Katzovitz s’est également inscrite à un programme de certificat au Massachusetts College of Art and Design, où elle a suivi des cours sur la mode, le design et la durabilité.

Après l’université, elle a travaillé à plein temps comme ingénieure mécanique à Boston, tout en participant à des projets de création de mode. C’est ainsi qu’elle a commencé à réfléchir à la manière de fusionner ces deux carrières : “Je ne trouvais pas l’emploi parfait qui les combinait, alors je me suis dit : Je vais commencer à fabriquer ce que je veux voir dans ce monde“. C’est dans cet esprit qu’il y a six mois, Katzovitz – qui travaille aujourd’hui comme ingénieure mécanique indépendante à San Francisco – a lancé une chaîne YouTube, où elle documente des projets allant d’une cape enflammée à des plastrons imprimés en 3D. Depuis, elle a également rejoint TikTok, où certaines de ses vidéos ont été visionnées plus de 500 000 fois. 

Mais plutôt que de se concentrer uniquement sur le design, Katzovitz utilise l’ingénierie et la science pour créer des inventions uniques qui sont plus avancées technologiquement que tout ce qui est disponible sur le marché de détail aujourd’hui. Pour exemple, Katzovitz a créé un corset à laçage autonome et des vêtements imprimés en 3D qui changent de couleur.

Pour ses créations fantastiques, Katzovitz s’inspire souvent des défilés de mode ou des films. En avril, elle a réimaginé une robe de couture Schiaparelli du printemps 2021. Mais plutôt que de créer des découpes ornées en forme de dents, Katzovitz a décidé d’employer des pièces du jeu pour enfants Hungry Hungry Hippos : “Il y avait juste une arène parfaite dans la découpe”. Pour créer les détails inspirés du jeu de société, elle a utilisé une imprimante 3D, qu’elle a ensuite embellie avec des perles et des pierres pour donner une allure aux ornements originaux de Schiaparelli. En septembre, Katzovitz a imité la robe d’une scène de Cruella, où la cape blanche d’Emma Stone est dissoute par les flammes, révélant une robe rouge en dessous. Si Katzovitz ne s’est pas réellement enflammée, elle a cousu une mini-cape en papier flash – composé d’un mélange de tissu de coton, d’acide sulfurique et d’acide nitrique – pour créer l’effet visuel d’une flamme. “J’ai toujours aimé les transformations dans les films et je suis le genre de personne à en rester bouche bée en vrai”, dit-elle. “Transformer des vêtements est ma façon de le faire dans la vraie vie”.

@louisekatzovitz Hippos being hungry 🦛#fashiontiktok #fashion #schiaparelli #fyp #3dprinting #engineering #femaleengineer #womeninengineering #mechanicalengineering ♬ Sunny Day – Ted Fresco

Le travail de Katzovitz s’inscrit dans le cadre d’une révolution plus vaste qui résulte de la rencontre entre la mode et les domaines des sciences, des technologies et de l’innovation. On pense à Neri Oxman, chercheur au Media Lab du MIT, ainsi que des experts du textile comme Mark Liu, qui ont été à l’origine de projets tels qu’une structure en soie à croissance autonome et la fabrication de modèles zéro déchet. Dans le domaine de la mode, des designers comme Iris Van Herpen et Zac Posen ont défendu la fusion de la mode et de la technologie, en utilisant des techniques telles que l’impression 3D et le tissage électromagnétique qui sont non seulement innovantes, mais aussi visuellement étonnantes. Au-delà du facteur esthétique et cool, la fusion de la mode et de la technologie s’est également avérée utile pour l’avenir durable de l’industrie du vêtement. Grâce aux progrès scientifiques, l’industrie de la mode a désormais accès à des tissus biodégradables et à des alternatives cruelty-free comme le “cuir” de champignon. Il y a aussi la question de savoir comment la technologie pourrait aider les personnes handicapées.

@louisekatzovitz SELF LACING CORSET YOUTUBE VIDEO IS UP! LINK IN BIO! #corset #selflacing #sewing #fashiontiktok #electronics #motor #power #accessibility ♬ today was a good day – ✗

Ce dernier sujet est apparu après que Katzovitz ait partagé qu’elle créait un corset à laçage autonome qui lui permettrait d’enfiler son bustier préféré sans avoir à faire l’effort de le lacer elle-même. Les gens ont commencé à commenter ses posts Instagram pour savoir comment faire fonctionner le projet pour les personnes handicapées. “C’est une chose vraiment amusante que j’ai découverte en partageant mon travail”, affirme-t-elle. “Les gens me contactent en me donnant leur avis sur la façon dont certaines révisions pourraient aider”. Elle a récemment terminé ledit corset à laçage autonome – un bustier automatisé de style Bridgerton qui s’attache en appuyant sur un bouton – après avoir testé pendant des mois des micro-moteurs et examiné d’autres inventions comme les baskets à laçage autonome de Nike de 2016, aujourd’hui vendues sous la collection “Adapt”. “Nous devons continuer à réfléchir à la manière d’apporter ce type de technologie au grand public et d’aider les gens”, dit-elle.

Katzovitz travaille également sur une commission qui lui demande de recréer la veste rouge de Michael Jackson dans le clip “Thriller”, qu’elle transformera ensuite avec des lumières LED inspirées d’un look similaire porté par le chanteur lors de sa tournée “Victory”. “Je suis vraiment excitée parce que cette veste a été fabriquée il y a environ 40 ans”, avoue-t-elle. “C’est fou de penser à la quantité de technologie pour les LED et les batteries que nous avons désormais”.

En documentant ses projets, Katzovitz espère faire comprendre comment la science peut contribuer à faire avancer l’industrie de la mode. Et si l’on peut penser que ces technologies sont réservées aux défilés de couture ou aux costumes de cinéma, Katzovitz entend les rendre plus accessibles aux personnes qui souhaitent que la mode les serve mieux, tant sur le plan visuel que fonctionnel. “Je pense que les gens deviennent plus intentionnels en matière de design et de ce qu’ils achètent, et j’espère donc que les vêtements pourront devenir ce dont les gens ont réellement besoin et envie”, déclare-t-elle.

Like what you see? How about some more R29 goodness, right here?

L’importance de la basket mains libres de Nike

Nose Cuff : le faux piercing qui conquit TikTok

Buffy reste l’icône de mode ultime des années 2000

En grandissant, Louise Katzovitz n’avait guère envie de suivre les tendances de la mode. Elle était plutôt attirée par les vêtements décalés qui ne ressemblaient en rien à ceux qu’elle voyait sur ses camarades. Elle se souvient de la première fois où elle s’est rendu compte de son affinité pour les pièces qui se démarquent : au début des années 2000, elle a choisi de porter une robe à jupe boule de Betsey Johnson, qui la faisait “ressembler à un cupcake”, pour le bal de fin d’année. Le style personnel de Katzovitz a évolué depuis – elle préfère désormais porter des pièces minimales et des robes girly occasionnelles – mais son affinité pour la mode d’avant-garde demeure.

Si Katzovitz présente aujourd’hui ses créations à des milliers de followers sur TikTok, Instagram et YouTube, elle ne s’est jamais imaginée en tant que “designer”. Enfant, Katzovitz déclare qu’elle excellait dans des matières comme les mathématiques et la géométrie ; à l’université, elle a étudié le génie mécanique. Mais son amour pour la mode d’avant-garde est resté en elle. Ainsi, tout en étudiant à l’université Northeastern, Katzovitz s’est également inscrite à un programme de certificat au Massachusetts College of Art and Design, où elle a suivi des cours sur la mode, le design et la durabilité.

Après l’université, elle a travaillé à plein temps comme ingénieure mécanique à Boston, tout en participant à des projets de création de mode. C’est ainsi qu’elle a commencé à réfléchir à la manière de fusionner ces deux carrières : “Je ne trouvais pas l’emploi parfait qui les combinait, alors je me suis dit : Je vais commencer à fabriquer ce que je veux voir dans ce monde“. C’est dans cet esprit qu’il y a six mois, Katzovitz – qui travaille aujourd’hui comme ingénieure mécanique indépendante à San Francisco – a lancé une chaîne YouTube, où elle documente des projets allant d’une cape enflammée à des plastrons imprimés en 3D. Depuis, elle a également rejoint TikTok, où certaines de ses vidéos ont été visionnées plus de 500 000 fois. 

Mais plutôt que de se concentrer uniquement sur le design, Katzovitz utilise l’ingénierie et la science pour créer des inventions uniques qui sont plus avancées technologiquement que tout ce qui est disponible sur le marché de détail aujourd’hui. Pour exemple, Katzovitz a créé un corset à laçage autonome et des vêtements imprimés en 3D qui changent de couleur.

Pour ses créations fantastiques, Katzovitz s’inspire souvent des défilés de mode ou des films. En avril, elle a réimaginé une robe de couture Schiaparelli du printemps 2021. Mais plutôt que de créer des découpes ornées en forme de dents, Katzovitz a décidé d’employer des pièces du jeu pour enfants Hungry Hungry Hippos : “Il y avait juste une arène parfaite dans la découpe”. Pour créer les détails inspirés du jeu de société, elle a utilisé une imprimante 3D, qu’elle a ensuite embellie avec des perles et des pierres pour donner une allure aux ornements originaux de Schiaparelli. En septembre, Katzovitz a imité la robe d’une scène de Cruella, où la cape blanche d’Emma Stone est dissoute par les flammes, révélant une robe rouge en dessous. Si Katzovitz ne s’est pas réellement enflammée, elle a cousu une mini-cape en papier flash – composé d’un mélange de tissu de coton, d’acide sulfurique et d’acide nitrique – pour créer l’effet visuel d’une flamme. “J’ai toujours aimé les transformations dans les films et je suis le genre de personne à en rester bouche bée en vrai”, dit-elle. “Transformer des vêtements est ma façon de le faire dans la vraie vie”.

@louisekatzovitz Hippos being hungry 🦛#fashiontiktok #fashion #schiaparelli #fyp #3dprinting #engineering #femaleengineer #womeninengineering #mechanicalengineering ♬ Sunny Day – Ted Fresco

Le travail de Katzovitz s’inscrit dans le cadre d’une révolution plus vaste qui résulte de la rencontre entre la mode et les domaines des sciences, des technologies et de l’innovation. On pense à Neri Oxman, chercheur au Media Lab du MIT, ainsi que des experts du textile comme Mark Liu, qui ont été à l’origine de projets tels qu’une structure en soie à croissance autonome et la fabrication de modèles zéro déchet. Dans le domaine de la mode, des designers comme Iris Van Herpen et Zac Posen ont défendu la fusion de la mode et de la technologie, en utilisant des techniques telles que l’impression 3D et le tissage électromagnétique qui sont non seulement innovantes, mais aussi visuellement étonnantes. Au-delà du facteur esthétique et cool, la fusion de la mode et de la technologie s’est également avérée utile pour l’avenir durable de l’industrie du vêtement. Grâce aux progrès scientifiques, l’industrie de la mode a désormais accès à des tissus biodégradables et à des alternatives cruelty-free comme le “cuir” de champignon. Il y a aussi la question de savoir comment la technologie pourrait aider les personnes handicapées.

@louisekatzovitz SELF LACING CORSET YOUTUBE VIDEO IS UP! LINK IN BIO! #corset #selflacing #sewing #fashiontiktok #electronics #motor #power #accessibility ♬ today was a good day – ✗

Ce dernier sujet est apparu après que Katzovitz ait partagé qu’elle créait un corset à laçage autonome qui lui permettrait d’enfiler son bustier préféré sans avoir à faire l’effort de le lacer elle-même. Les gens ont commencé à commenter ses posts Instagram pour savoir comment faire fonctionner le projet pour les personnes handicapées. “C’est une chose vraiment amusante que j’ai découverte en partageant mon travail”, affirme-t-elle. “Les gens me contactent en me donnant leur avis sur la façon dont certaines révisions pourraient aider”. Elle a récemment terminé ledit corset à laçage autonome – un bustier automatisé de style Bridgerton qui s’attache en appuyant sur un bouton – après avoir testé pendant des mois des micro-moteurs et examiné d’autres inventions comme les baskets à laçage autonome de Nike de 2016, aujourd’hui vendues sous la collection “Adapt”. “Nous devons continuer à réfléchir à la manière d’apporter ce type de technologie au grand public et d’aider les gens”, dit-elle.

Katzovitz travaille également sur une commission qui lui demande de recréer la veste rouge de Michael Jackson dans le clip “Thriller”, qu’elle transformera ensuite avec des lumières LED inspirées d’un look similaire porté par le chanteur lors de sa tournée “Victory”. “Je suis vraiment excitée parce que cette veste a été fabriquée il y a environ 40 ans”, avoue-t-elle. “C’est fou de penser à la quantité de technologie pour les LED et les batteries que nous avons désormais”.

En documentant ses projets, Katzovitz espère faire comprendre comment la science peut contribuer à faire avancer l’industrie de la mode. Et si l’on peut penser que ces technologies sont réservées aux défilés de couture ou aux costumes de cinéma, Katzovitz entend les rendre plus accessibles aux personnes qui souhaitent que la mode les serve mieux, tant sur le plan visuel que fonctionnel. “Je pense que les gens deviennent plus intentionnels en matière de design et de ce qu’ils achètent, et j’espère donc que les vêtements pourront devenir ce dont les gens ont réellement besoin et envie”, déclare-t-elle.
Like what you see? How about some more R29 goodness, right here?L’importance de la basket mains libres de NikeNose Cuff : le faux piercing qui conquit TikTokBuffy reste l’icône de mode ultime des années 2000

Source : Refinery29 Read More

Related Articles

Leave a Reply

[td_block_social_counter style="style8 td-social-boxed td-social-font-icons" tdc_css="eyJhbGwiOnsibWFyZ2luLWJvdHRvbSI6IjM4IiwiZGlzcGxheSI6IiJ9LCJwb3J0cmFpdCI6eyJtYXJnaW4tYm90dG9tIjoiMzAiLCJkaXNwbGF5IjoiIn0sInBvcnRyYWl0X21heF93aWR0aCI6MTAxOCwicG9ydHJhaXRfbWluX3dpZHRoIjo3Njh9" custom_title="Stay Connected" block_template_id="td_block_template_8" f_header_font_family="712" f_header_font_transform="uppercase" f_header_font_weight="500" f_header_font_size="17" border_color="#dd3333"]
- Advertisement -

Trends Now

- Advertisement -

Latest Articles